Partager   E-EPI
L'Épi La monnaie locale citoyenne
de la Lorraine belge

Pensez et dépensez en Épis du bon sens !

La Laine des Coccinelles

La Laine des Coccinelles

sur rendez-vous, sur marché mensuel d’Avioth, épisodiquement à la Halle de Han (Tintigny), autres marchés ponctuels

+32 (0) 475 47 98 17
lalainedescoccinelles@gmail.com
Visitez notre site web
Page Facebook

La Laine des Coccinelles

La Laine des coccinelles propose différents produits 100% laine locale.

A partir de la laine de 3 élevages ovins en Gaume (la bergerie du Gros cron) et en Moselle, La Laine des coccinelles produit des fils à tricoter, des chaussettes, des gants, deux modèles de sacs, du tissu, des fibres et nappes à filer ou feutrer et quelques créations. Les teintures (écologiques) sont faites à la main, à la maison.

J’aime la laine, j’aime sa douceur, son gonflant, sa chaleur, son élasticité, ses couleurs, ses textures, ses propriétés, son odeur, ses fesses, heu, non, pas ses fesses. J’aime les moutons, aussi, et mon village, ma région.

Et en plus, j’aime que les choses que je mange et que je porte soient fabriquées pas trop loin, dans le respect des femmes (et des hommes), des animaux, de la terre et tutti quanti. Du coup, comme presque toute la laine des moutons autour de nous partait en Chine et que nos vêtements et nos mèches à filer ou feutrer venaient de trèèès loin, je me suis lancée dans l’aventure un peu folle de faire (faire) des produits en laine locale.

J’achète la laine dans trois élevages que je connais bien, pour faire un mélange que j’aime : 50% laine de Texel bien gonflante de la Bergerie bio du Gros Cron à Lahage (B) et 50% d’agneau Est à laine mérinos toute douce (Gaec Mariembourg à Guébling – Moselle et lycée agricole de Malzeville). La laine est lavée et mélangée chez Traitex à Verviers (B). Les fils sont filés dans une petite filature familiale française, la filature Terrade (Creuse) (sauf pour le tissu, pour lequel le fil est fabriqué en Allemagne). La laine vendue en nappe est, elle, cardée à la draperie-musée du Parc naturel d’Esc sur Süre (GDL), blanche ou après que je l’ai teinte. Les chaussettes, gants et sacs sont tricotés par trois toutes petites entreprises, en Belgique ou en France, après un sacré boulot de test, échantillonnage, dessin, calcul des prix. Le tissu est tissé en Allemagne (aucune entreprise ne pouvait le faire en Belgique…).  Pour terminer, je tiens à la main, à la casserole, avec des colorants qui ont un label écologique (label bio aux USA, pas de métaux lourds, fixation uniquement au vinaigre, eau tout à fait claire en fin de bain, faible consommation d’eau).

Il y a 6 épaisseurs différentes de fils (en écru – couleur naturelle ou en couleur), en écheveaux de 100gr. Des cônes sont parfois disponibles. J’ai des nappes cardées (de 100gr à 4kg, en écru ou en couleur) qui peuvent être filées ou feutrées ou utilisées en rembourrage de couettes et coussins “maison”. Grâce à la bergerie du Gros Cron à Lahage, j’ai aussi des fibres très spéciales pour les fileurs-euses et feutriers-ères : des boucles de Gotland et Wensleydale, de l’agneau, etc.  Il y a 8 pointures de chaussettes (34-35 -> 48-49), 3 tailles de gants (6, 7 et 8) et deux modèles de sacs : un  »petit » carré, accompagné (ou non) d’un bouton unique d’une céramiste ou un  »grand », pouvant servir pour transporter un ordinateur ou un classeur de cours. Pour réaliser des pièces d’ameublement, coudre des vestes ou vêtements d’hiver, garnir un ancien fauteuil, j’ai aussi un tout beau tissu : 100% laine, tout doux, résistant, vendu au mètre. J’espère tous les jours donner autant de plaisir que j’en prends 🙂

Vente à Lahage sur rendez-vous, au marché fermier d’Avioth, à la Halle de Han (épisodiquement), sur quelques marchés ponctuels, au magasin à la ferme Les Bleuets, ou envoi par la poste ou Mondial Relay.

 

Pourquoi l’Épi?

J’ai voulu l’Épi, puisque je suis dans les membres fondateurs. Puis je m’en suis éloignée, en me disant (entre autres) que je pouvais soutenir l’économie locale avec des euros. Et finalement je suis devenue prestataire, parce que j’en ai vraiment marre de l’attitude des banques, de la fausse monnaie que les banques génèrent pour leurs bénéfices, de l’oppression engendrée par le système financier bancaires, ses spéculations et son mode de penser le monde. Mais, j’avoue, je n’ai pas assez de temps pour devenir une vraie “entraîneuse d’Épis” 🙂

Présent sur les marchés de :





Actualités


Avec le soutien de

L'Épi Lorrain est
membre du réseau

En collaboration avec

Je souhaite être bénévole !

L'Épi est un projet citoyen, pour toutes ses activités, il a besoin de bénévoles ! Soutenez-nous !


  

Inscription à la newsletter