Partager   E-EPI
L'Épi La monnaie locale citoyenne
de la Lorraine belge

Pensez et dépensez en Épis du bon sens !

Questions fréquentes

Y a-t-il déjà des monnaies complémentaires et/ou locales en Gaume ?

Oui, en Gaume comme ailleurs, il y a par exemple les chèques repas, les cartes de fidélité des grandes enseignes qui ne sont certes pas locales, mais qui ont la même base légale.

Il existe également un système d’échange local ( le « Sel de Gaume ») qui permet aux citoyens d’échanger des services ou des biens privés (une heure de peinture contre un cours de cuisine, un prêt de tondeuse contre une heure de baby-sitting, etc.). Leur monnaie s’apelle le Bon’heur mais contrairement à l’Epi, elle ne s’échange pas contre des euros.

Quelles différences avec l’euro ?
  • L’Epi ne peut être dépensé que dans des commerces locaux
  • Contrairement à l’euro, l’Épi ne vise qu’un objectif : renforcer les échanges locaux. Elle ne permet pas de spéculer.
  • L’Épi est éthique, les prestataires sont en accord avec une charte. Les produits et services payables en Épis répondent aux besoins essentiels de la vie : alimentation, logement, soins du corps, culture, …
Les monnaies locales complémentaires sont-elles une invention récente ?

C’est la monnaie unique qui est une invention récente valable n’importe où, avec n’importe quoi, pour n’importe quoi. Déjà au Moyen-Âge, une ville pouvait émettre sa propre monnaie.

Faut-il être membre de l'Epi pour pouvoir l'utiliser ?

Non, c’était le cas tout au début mais cela fait plusieurs années qu’il n’est plus nécessaire d’être membre de l’Epi pour pouvoir l »utiliser. Il vous suffit de vous rendre dans un comptoir de change pour obtenir vos premiers épis et les dépenser ou de créer un compte en E-Epis (sur le site www.e-epis.be) et de faire un versement qui sera alors converti en Epis sur votre compte.

L’Epi est toutefois une monnaie citoyenne et a donc besoin de citoyens et de leur soutien pour fonctionner. Les seules rentrées de l’ASBL sont en effet les cotisations des membres (nous ne recevons aucun subsides si ce n’est quelques rares aides ponctuelles). Pour soutenir l’ASBL, vous pouvez donc

  • soit en devenir membre (cotisation de 20 euros ou 20 Epis par an), ce qui vous permettra de rejoindre l’assemblée générale et de participer aux grandes décisions de la vie de l’ASBL
  • soit donner des coups de mains ponctuels

N’hésitez pas à nous contacter !

On m'a parlé d'une taxe de reconversion, de quoi s'agit-il ?

Une taxe de reconversion est un prix (ou poucentage) à payer par les preststaires s’ils souhaitent reconvertir une monnaie locale en euros. L’idée est d’inciter les prestatatire à utiliser la monnaie locale plutot qu’à la reconvertir en euros

Ce type de taxe avait été mise en place aux débuts de l’Epi. Chaque prestataire qui souhaitait reconvertir ses Epis en euros devait alors payer 3% du montant qu’il souhatait échanger.

Mais cette taxe n’est aujourd’hui plus d’application. 

Un preststaire qui se retrouve avec un montant trop important d’Epis et qui ne peut les dépenser peut donc nous contacter pour que nous les échangions gratuitement en euros. Nous demandons toutefois que le montant à reconvertir soit suffisamment important pour ne pas nous déplacer pour une vingtaine d’Epis.

J’achète régulièrement des produits du commerce équitable, locaux, paysans, avec des euros. Pourquoi utiliserai-je des Épis ?

Deux bonnes raisons :

  • Si vous payez vos produits locaux en Epis, vous « forcez » le commerçant ou producteur à acheter lui-même local puisqu’il ne pourra dépenser vos Epis que dans d’autres commerces locaux. Vous injectez donc de la richesse dans un circuit, une chaîne d’échanges locaux et votre impact est donc démultiplié.
  • Les euros que vous nous aurez confiés en échange de vos Epis vont, eux-mêmes servir à soutenir l’économie locale via les micro-prêts, les prises de parts dans des coopératives locales, etc.

Votre achat en Epis a donc un impact bien plus important sur le plan local que si vous l’aviez réalisé en euros.

Quel est l’intérêt pour un commerçant prestataire d’accepter l’Épi ?
  • L’Épi va fonctionner comme un label éthique ! Se rendre chez un prestataire de l’Épi, c’est se rendre dans un lieu où s’affiche une démarche de relocalisation, de responsabilité écologique, d’attention à la dimension éthique de l’économie. Cela peut donc faire venir chez le commerçant de nouveaux clients, qui cherchent à dépenser leurs Épis dans un certain type de commerce.
  • En acceptant l’Epi vous devenez membre de l’ASBL, vous faites partie d’un réseau de 130 prestataires locaux et vous pouvez accéder à des micro-prêts à taux zéro.
  • De plus, l’Épi fait la promotion de ses prestataires, sur son site internet, Facebook et dans son dépliant. Cela rend le commerçant visible dans un nouveau réseau de clientèle potentielle.
Les questions à partager et qui orienteront l’avenir de l’Épi

Une monnaie locale citoyenne comme l’Épi suppose que les gens aient des euros pour acheter la monnaie locale citoyenne, cela est donc réservé aux riches ? Est-il possible de faire une monnaie locale porteuse de solidarités en faisant en sorte que les plus riches paient leur monnaie locale plus chère que les moins fortunés ?

Dans ses textes fondateurs, l’asbl « L’Épi Lorrain » se réserve, par le biais d’une décision d’assemblée générale, la possibilité de proposer aux usagers individuels l’option de conversion solidaire.

La conversion solidaire est la possibilité pour toute personne, d’affecter une partie du montant d’Épis reçu, à un fonds de solidarité destiné à des personnes appauvries. Ces dernières, lors d’une conversion solidaire, se verront attribuer plus d’Épis que d’euros engagés ;

La mise en route de cette option demande que l’asbl soit riche d’un potentiel de membres désireux de prendre en main ce débat.

Les pouvoirs publics sont-ils impliqués dans la démarche ?

La province du Luxembourg a manifesté son intérêt à la mise en œuvre de l’Épi par l’octroi d’une subvention finançant l’impression des billets d’Épis.

« L’Épi Lorrain » a encore probablement beaucoup de travail à faire pour que les communes voient un intérêt à favoriser la circulation de l’Épi (taxes et services payés en Épis).

Actuellement, la commune de Meix-devant-Virton est comptoir de change.

N’hésitez pas à nous envoyer d’autres questions.
Nous y répondrons avec plaisir, afin d’enrichir notre Foire aux Questions !

Actualités


Suivez-nous


Avec le soutien de

L'Épi Lorrain est
membre du réseau

En collaboration avec

Je souhaite être bénévole !

L'Épi est un projet citoyen, pour toutes ses activités, il a besoin de bénévoles ! Soutenez-nous !

[contact-form-7 id="210" title="Formulaire Bénévoles"]
Inscription à la newsletter
[contact-form-7 id="192" title="Inscription newsletter"]